Visiter Chatelet-Halles (Centre Pompidou Beaubourg, Saint-Eustache, Tour Saint-Jacques…) – Guide de Voyage

Le quartier de Châtelet et des Halles est l’un des plus vivants de Paris, célèbre pour son ambiance, ses bars et ses commerces.

Châtelet

Ancienne forteresse du Grand Châtelet, sa place est désormais encadrée par deux théâtres. La fontaine dite “du palmier” est de 1808 et commémore les victoires de Napoléon Ier. La rue Saint-Denis, qui part de là, emmène vers le quartier des Halles ; et la rue de Rivoli, sont très commerçantes.

 

La Tour Saint-Jacques : dans le square du même nom, juste à l’Est du Châtelet, est le seul vestige de l’église Saint-Jacques-la-Boucherie qui fut construite sous François Ier et disparut en 1802. Elle est le point de départ de la route de Paris vers Saint-Jacques de Compostelle. Haute de 52 mètres de haut, elle offre une belle vue sur Paris à son sommet.

De l’autre côté du square, rue de Rivoli, en direction de l’Hôtel-de-Ville, le Bar des Templiers est une véritable institution (kitsch) des royalistes parisiens avec ses galeries de statues de Jeanne d’Arc, Louis XVI… un véritable musée qui organise des soirées pour la mort du roi Louis XVI chaque 21 janvier !

 

Les Halles

Le quartier fut très animé dès l’an 1110 quand furent créées les halles. Au XIXe siècle, l’architecte Baltard construit de magnifiques pavillons de métal et verre pour abriter ces marchés. En 1969, les halles de Paris sont transférées à Rungis, et les pavillons de Baltard furent malheureusement rasées, au profit du cratère qui allait abriter le Forum des Halles, énorme complexe commercial dans lequel on peut tout trouver (dont une FNAC et un cinéma).

A l’Est des Halles, la place des Innocents, avec sa fontaine, était autrefois occupée par un église et un cimetière. La magnifique fontaine Renaissance a été construite en 1550.

 

Eglise Saint-Eustache

Sans contestes l’une des plus belles églises de Paris, elle est de structure gothique et de décoration Renaissance. Eustache était un général romain converti, et il fut prié ici dès le 13e siècle, dans une chapelle, puis dans cette église dont la première pierre fut posée en 1532. En 1754, la façade Renaissance fut détruite et remplacée par une colonnade classique. Richelieu et Molière y furent baptisés, Louis XIV y fit sa première communion, les obsèques de La Fontaine, Mirabeau ou Molière y eurent lieu, et Voltaire, Colbert ou Rameau y sont enterrés.

La façade du Croisillon (Renaissance) comprend deux tourelles d’escalier terminés par des lanternons. On aperçoit la tête de cerf et la Croix de Saint Eustache.

L’église (dont le plan est le même que Notre-Dame) mesure 100m de long sur 44 de large, et 34 mètres de haut sous la voûte. La richesse de la décoration intérieure impressionne. En particulier la hauteur des arcades, les vitraux du choeur, les tableaux, le tombeau de Colbert, la statue de Saint Jean l’Evangéliste qui est du 16e…

Depuis les Halles, vers le nord, la rue Saint-Denis alterne sex-shops et prostituées sur 2000 mètres.

UNE PROMENADE DANS LE QUARTIER :

Au sud de la place des Innocents, vous pouvez prendre le passage sous l’immeuble, qui mène à la rue de la Ferronerie. La suivre vers la gauche. Le 14 mars 1610, le roi Henri IV passe en carrosse dans cette rue qui était alors plus étroite, à cause des échoppes des commerçants, et la voiture est contrainte de s’arrêter. Ravaillac qui la suivait en courant depuis le Louvre, saisit l’occasion, saute sur Henri IV et lui assène deux coups de couteau mortels. Ravaillac fut écartelé 13 jours plus tard. Une plaque marque le sol au lieu de l’assassinat.

Prenez la rue Saint-Denis vers la droite, puis tout de suite la rue des Lombards à droite, jusqu’à l’Eglise Saint-Merri (ou Médéric, un saint du 7e siècle). Cette église fut terminée en 1612, mais c’est le style gothique flamboyant du 15e qui y fut utilisé. Belles boiseries et buffet d’orgues, belles peintures. On peut faire le tour de l’Eglise et remonter la rue Saint-Martin vers Beaubourg, puis prendre la rue Quicampoix vers le nord. On peut y voir de nombreux commerces, et de vieilles maisons aux N° 10, 12, 13, 14, 36, certaines avec de jolies cours intérieures.

 

Beaubourg

Plus de 5 millions de visiteurs par an se pressent au Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou. Il accueille le public depuis 1977, proposant un catalogue de création moderne et contemporaine où les arts plastiques voisinent avec les livres, le design, la musique, le cinéma.

Le bâtiment est l’ouvre des architectes Renzo Piano et Richard Rogers. Sa construction a duré de 1971 à 1977, et il se compose de 8 niveaux de 7.500 m² chacun, dont deux niveaux de sous-sols.

Toutes les circulations verticales, personnes et fluides sont rejetées sur la façade : les tuyaux extérieurs colorés constituent une particularité du bâtiment. Les conduites d’air conditionné sont bleues, les tuyaux d’eau sont verts et les lignes électriques sont jaunes. Les ascenseurs sont rouges. Les canalisations blanches sont des gaines de

ventilation pour les parties souterraines. L’intention des architectes était de placer les services de logistique hors du corps du bâtiment afin de consacrer la totalité de l’intérieur à sa vocation de musée. « C’est un bâtiment qui fait semblant, c’est une parodie de la technologie » (Renzo Piano). Les étages supérieurs offrent une large vue sur Paris. On y accède par la diagonale des escaliers roulants extérieurs qui, en traversant toute la façade en zig-zag, donnent à l’édifice sa signature visuelle. Des artistes de rue animent la piazza qui fait face au musée.

Le Musée national d’art moderne : la présentation permanente des collections d’art moderne dispose de 15 000 m² pour 1 330 œuvres sur les 59 000 de 5 000 artistes différents que comporte la collection du Centre.

On peut voir également d’importantes expositions temporaires (design, photographie, etc.), des bibliothèques, salle de cinéma et de spectacle…

Cubisme, nouveau réalisme, pop art, cubisme, minimalisme, surréalisme…à travers les oeuvres, entre autres, de : Boltanski, Starck, Duchamp, Matisse, Magritte (peinture de droite) Picasso (peinture de

gauche), Yves Klein, Kandinski, Cocteau… du cinéma, de la photographie… Tout est à Beaubourg ! Le tout organisé de manière très pédagogique et souvent interactive.

Si vous n’êtes pas intéressés par le musée, vous pouvez aller sur la terrasse par les escaliers roulants, juste pour prendre un café ou admirer le panorama.

Le Centre Pompidou est ouvert tous les jours de 11h à 22h, sauf les mardis et le 1er mai.

Des nocturnes sont organisées tous les jeudis jusqu’à 23h pour certaines expositions précisées dans l’agenda des manifestations.

Place Georges Pompidou 75004 Paris

www.centrepompidou.fr  Tél : +33 (0)1 44 78 12 33

Métro : Rambuteau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *