Visiter Angers et son château de la Loire

Capitale du Maine-et-Loire, à l’ouest des château de la Loire, Angers est une ville très agréable, et une belle étape sur la route des châteaux. Elle même en possède un magnifique. La ville est au bord de la rivière La Maine, à quelques kilomètres de la Loire.
Dès le VIe siècle, Angers devint une ville très monastique.

Château du Roi René

Ce château fort du XIIIe siècle est bâti sur un promontoire de schiste dominant la Maine. Il est compris dans l’ensemble de fortification générale de la ville, une vaste enceinte de 3 mètres d’épaisseur, dont il constitue le bastion principal. Les énormes remparts furent construits entre 1230 et 1240 sur ordre de Saint Louis. Ils sont longs de presque 1 kilomètre et sont jalonnés de 17 tours. Une porte romane du XIIe rappelle qu’une précédente fortification existait à cet endroit.
En effet, les Comtes d’Anjou y élirent domicile au IXe siècle, et Henri II Plantagenêt, l’un d’entre-eux, devint roi d’Angleterre en 1154. En conséquences, le roi de France Philippe Auguste confisqua, non sans heurts et répercussions, le domaine.
René Ier (1409-1480), dit « le bon roi René » fut duc d’Anjou, comte de Provence (1434-1480), duc de Bar (1430-1480), duc de Lorraine (1431-1453), roi effectif de Naples (1438-1442), titulaire de Sicile (1434- 1480) et roi nominal de Jérusalem. Généreux, et proche des humbles, il participait régulièrement aux fêtes populaires et tournois. Il était ainsi extrêmement apprécié de la population, d’où son surnom. Il est enterré dans cathédrale.
Durant le XVe siècle, des bâtiments d’agrément (la chapelle Sainte-Geneviève, le Châtelet) furent ajoutés au château.
Fin juin 1793, l’armée royaliste de Vendée échouèrent à investir la place forte. L’un des chefs, le général Stofflet sera d’ailleurs fusillé à Angers le le 23 février 1796.
Tapisserie de l’Apocalypse
Le château abrite depuis 1950 la fameuse prophétie de Saint-Jean tissée sur plus de 140 m de long (à l’origine) et 4,5 mètres de haut. Elle fut commandée au XIVe siècle par Louis Ier d’Anjou au marchand lissier Nicolas Bataille qui l’acheva aux alentours de 1382. Elle fut ensuite donnée par le roi René à la cathédrale d’Angers au xve siècle.
Faite de laine aux couleurs vives, teintée avec des végétaux, elle marqua un tournant dans l’art de la tapisserie. On peut en voir 103 mètres au château, correspondant à 6 des 7 pièces d’origine. Au début de chaque pièce, un personnage sous un baldaquin introduit à la lecture des visions que saint Jean aurait reçu à la fin du Ier siècle. En plus d’une illustration du texte de saint Jean, la tapisserie contient des informations (et parfois des clins d’œil) sur la vie politique et sociale du XIVe siècle.
Château d’Angers : 2 promenade du Bout-du-Monde
Tél. : 02 41 87 43 47 – http://www.monum.fr
(Crédit photo : Angers Loire Tourisme / P. Caharel)

Cathédrale Saint-Maurice

Intermédiaire entre les styles roman et gothique, elle brûla en 1032, et seuls les murs de la nef, de style roman, ont subsisté jusqu’à mi-hauteur. Ils ont reçu au milieu duXIIe siècle des voûtes d’ogives : ce fut la naissance du gothique angevin. La nef romane ouvre ainsi sur un transept et un chœur gothiques.
Ensemble sculpté influencé par le portail royal de Chartres ;
Un décor peint du XIIIe siècle découvert aux alentours de 1980 et présentant la vie de saint Maurille ;
une verrière de la Vie de saint Julien (située dans le transept), considérée comme un chef-d’œuvre de la peinture sur verre duXIIIe siècle français.
Saint-Sépulcre d’Angers : Angers possède l’une des deux répliques du Saint-Sépulcre de Jérusalem. Une animation culturelle y a lieu au moment de Pâques.
Musée des Beaux-Arts d’Angers
– Le parcours « Beaux-arts »
présente une riche collection de peintures et de sculptures, retraçant chronologiquement les différents courants artistiques du XIVe au XXIe siècles. Deux salles sont consacrées aux Primitifs du XIVe (français, italiens et flamands) et aux objets d’art de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance, mais aussi aux écoles du Nord du XVIe et XVIIe, aux écoles françaises et italiennes du XVIe et XVIIe. Au deuxième étage, le visiteur découvre les œuvres du XVIIIe sous les règnes de Louis XV et Louis XVI, puis les grands tableaux de la première moitié du XIXe siècle. Au premier étage, une grande salle est dédiée à l’art moderne du XXe siècle et à l’art contemporain puis au rez-de-chaussée, la salle Beaurepaire présente des toiles grand format de la deuxième moitié du XIXe siècle et des sculptures.

– Le parcours « Histoire d’Angers »

Avec les collection de l’ancien musée d’Antiquités, aux fouilles réalisées à Angers et aux acquisitions, une garerie d’objets archéologiques et d’objets d’arts décoratifs à été crée. Elle présente, des origines aux projets d’urbanisme contemporains, le développement de la ville d’Angers.
Galerie David d’Angers
De nombreuses œuvres du statuaire David d’Angers (1788-1856) sont exposées dans l’abbatiale Toussaint (XIIIe siècle), parmi lesquelles le modèle du fronton du Panthéon de Paris.
David d’Angers (Pierre-Jean David, dit) (1788-1856), fils de Pierre-Louis (déjà sculpteur) remporta le prix de Rome en 1811 avec « La mort d’Épaminondas ». il fut le sculpteur des « grands hommes », les philosophes des Lumières et héros de la révolution, mais fut spécialement  réputé pour celles des écrivains romantiques. En 1830, il rencontre Goethe à Weimar et réalise son buste. Il a laissé un nombre d’œuvres considérable : 55 statues, 115 bustes, plus de 500 médaillons. Ses convictions étaient évidement profondément républicaines. Il comptait Victor Hugo parmi ses admirateurs.
La cité et la maison d’Adam
Entre le château et la cathédrale, la vieille ville dessine un parcours médiéval scandé par des demeures à pans de bois.

Sur la place Sainte-Croix, la «maison d’Adam»  témoigne de l’imaginaire débridé en vigueur au XVe siècle.

En période estivale, les guides conférenciers d’Angers Tourisme font parler les pierres tandis que des comédiens mettent en scène la riche histoire d’Angers. Tél : 02 41 23 50 00.
LA DOUTRE
Sur la rive droite de la Maine, le quartier de la Doutre invite à une riche promenade patrimoniale.
On peut y découvrir notamment l’abbaye du Ronceray, l’une des plus anciennes abbayes d’Angers. Des visites guidées sont organisées par Angers Tourisme. Tél. : 02 41 23 50 00.
Autres personnages célèbres de la ville :
– Jean Bodin (1529, Angers-1596, Laon), juriste, économiste, philosophe, conseiller politique. Il est l’inventeur du concept de souveraineté de l’État.
– Joachim du Bellay (1522-1560), Joachim du Bellay, écrivain et poète, naquit vers 1522 à Liré, en Anjou, au château de la Turmelière. Il séjourna régulièrement à Angers pour se rendre dans une autre demeure familiale le château de Gizeux situé dans les anciennes limites de l’Anjou historique, au nord de Bourgueil. Il mourut à Paris en 1560.
– Marie d’Anjou (1404 Angers-1463), fille de Louis II d’Anjou et femme de Charles VII.
Office de tourisme :
7 Place Kennedy
Tél : (33) 02. 41. 23. 50. 00.
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *