Le littoral catalan français s'étend du Barcares à Cerbère qui est à la frontière. Entre cette dernière et Collioure, la partie sud est rocheuse et dénommée Côte Vermeille. Toute la partie nord est sablonneuse. Barcares, Argelès, Saint-Cyprien et Canet sont des stations Balnéaires de type "Mission Racine". Comme d'autres villes de la région, elles ont été créées de toutes pièces dans les années 1950-60, afin d'accueillir du tourisme de masse et ne ressemblent en rien au petit village catalan typique des cartes postales. Elles ont néanmoins leurs qualités : toutes ont de belles plages naturelles à quelques kilomètres, Canet et Barcares ont de très beaux et grands étangs, la partie sud d'Argelès (dont le Racou) est très belle, et le port de Saint-Cyprien est très sympathique et animé.


Les points lumineux qu'on peut voir sur la mer durant la nuit sont les pêches au lamparo, des bateaux sont équipés de lampes afin d'attirer les poissons à la surface. On peut les voir dans les ports du Barcares ou de Saint-Cyprien, par exemple.


Les plus belles plages du Nord au Sud : Torreilles sud, Bocal-du-Tech (au Nord d'Argelès et au sud de la rivière Tech), Collioure (galets), les criques du sud de Port-Vendres : Paulilles, l'Anse Sainte-Catherine...

Les villes avec le plus de services, dans l'ordre : Canet, Argelès, Saint-Cyprien, Barcares. (Canet est à 10mn de route de la "capitale", Perpignan).

Les plus jolies villes : Collioure, Port-Vendres, Banyuls, et Cerbère.

www.pyreneesorientalestourisme.com


Voici notre guide, du nord vers le sud du département.

La partie nord des Pyrénées-Orientales (avant Canet) est dénommée La Salanque, qui tient son nom du mot Salt (comme par ailleurs Salses ou Rivesaltes), car la mer occupait autrefois cet endroit. S'étant retirée, elle laissa des étangs salés derrière elle.

De très belle promenades a faire dans la Salanque, à pieds à vélo ou à cheval, par exemple le long des rivières. On trouve des ranchs un peu partout le long de la route côtière, vers Sainte-Marie ou Torreilles.


Le Barcarès

Il s'agit d'une station balnéaire tout en longueur le long de la mer et de l'étang. Elle est célèbre par son "paquebot des sables", le Lydia, qui fait restaurant, discothèque, casino... Il s'agit d'une station balnéaire tous services. Sports nautiques à volonté, y compris sur l'étang.

Ne pas rater la boullinade d'anguilles de l'étang. Délicieux !

La ville est presqu'accolée à celle de Leucate, dans le département de l'Aude, qui fournit également de nombreux services balnéaires et une vie animée. A la frontière des deux villages se trouve un par aquatique Aqualand.

Très beau carnaval au Barcares.

www.portbarcares.com


Toreilles-Plage

Un tout petit village constitué uniquement de quelques campings. La plage est belle, mais, quitte à être dans un endroit tranquille, on lui préférera la partie sud, juste avant l'embouchure de la rivière (l'accès est fléché vers la plage naturiste et le "Zaza", restaurant, club de plage le plus célèbre de la côte nord-catalane (photo). Le Zaza est le point de démarcation entre le sud, naturiste, et le nord, "textile".

Toreilles est également un "vrai" village, mais un peu en retrait de la côte. On ira y boire un café dans le très beau bar de style Années Folles "Le Bistroquet".

www.torreilles.com Office de tourisme place de l'Europe : Tel : + 33 (0) 4 68 28 41 10.


Sainte-Marie-la-Mer

N'allez pas demander à l'office de tourisme "où sont les Gitans" - ça les énerve - et il ne s'agit pas du tout du même Sainte-Marie qu'en Camargue. La ville est également de style "mission racine" : des immeubles le long du front de mer. Elle est cependant à taille plus humaine que ses consoeurs du même type. Entre autres curiosités, il y a à Sainte-Marie un quartier où ne résident que des Suisses. La place du village, à quelques kilomètres, est bien jolie (photo).

www.sainte-marie-la-mer.com

Office de Tourisme au Complexe Omega

Tél : 04 68 80 14 00


Canet-Plage

De part sa proximité avec Perpignan (10 minutes par la 4 voies), elle est très fréquentée par les Catalans. Avec Argelès, elle est l'une des stations les plus développées de la côte, sur le mode "immeubles". Son front de mer est très animé jour et nuit. Elle regroupe de nombreuses discothèques à la Colline des Loisirs.

Canet-en-Roussillon, le village, est très typique catalan. On peut y visiter sa jolie église et son château.

Côté nature : les promenades à pieds, cheval ou vélo dans la Salanque ou au bord du magnifique étang de Canet ;
plages naturelles à proximité : Torreillles ou bien, au sud, le long de l'étang entre Canet et Saint-Cyprien).

L'étang de Canet comprend un parcours sportif, un village de cabanes de pêcheurs (photo), et des postes d'observations pour les oiseaux.

Stars locales : le célèbre entraîneur Philippe Lucas et ses nageuses de la Piscine Europa.

Club de plage réputé : Chez Naudo.

Thalassothérapie - Aquarium - Tous services.

www.ot-canet.fr - Office de Tourisme - Espace Méditerranée - Tél. +33 (0) 4 68 86 72 00


Saint-Cyprien-Plage

Grande station balnéaire, comme Canet ou Argelès, elle a en son sein le plus grand port de plaisance du département qui est très animé, jour et nuit, durant l'été. Au village, on pourra visiter l'église, et le musée d'art moderne. Plages naturelles à proximité : au nord, le long de l'étang de Canet, et surtout, au sud, le Bocal-du-Tech (au sud de la rivière).

www.tourisme-saint-cyprien.fr - Office de Tourisme - Quai Arthur Rimbaud - tél. : +33(0)468210133


Le Bocal-du-Tech

De part et d'autres de l'embouchure de la rivière Tech, s'étend une réserve naturelle magnifique. Les plages y sont splendides de manière égale, et sont de plus en plus naturistes à mesure qu'on est près de la rivière. La partie naturiste nord (plage d'Elne), est cependant un club échangiste à ciel ouvert, avec nombre voyeurs tournant et retournant. Le bord nord de la rivière est une des plus grande plage "gay" de la région. La partie sud est beaucoup plus calme.

Un parc de jeux aquatiques Aqualand y est implanté, proche de la route côtière.


La Retirada

De nombreux habitants des Pyrénées-Orientales, mais plus encore de la vallée du Tech, frontalière, sont d'origine sud-catalane ou espagnole, ayant passé la frontière en 1939, dans la débâcle ayant suivi la victoire finale des armées franquistes. La dictature du général franco ayant duré 40 ans, nombre d'entre eux ne sont jamais retourné vivre en Espagne. La Retirada ("retraite", en espagnol) se déroula durant tout l'hiver 1939. 450 000 exilés furent alors parqués dans des camps de concentration, sur les plages d'Argelès ou de Saint-Cyprien, dans les montagnes, ou au camp Joffre de Rivesaltes où devrait s'ouvrir un mémorial. Un monument en leur mémoire existe aussi à Argelès. Le château royal de Collioure servit de prison pour les officiers de l'armée républicaine.


Argelès-sur-Mer

Il s'agit d'un monstre du tourisme de masse. Une station balnéaire toute en longueur et bordée de très nombreux campings suréquipés. L'une des plus grande concentration de campeurs en Europe. Argelès dispose d'un petit parc d'attraction au nord. Au nord, on trouve les très belles plages du Bocal-du-Tech. Argelès-sud est un peu plus élégante, avec ses belles villas, puis son port, et enfin la plage du Racou, beaucoup plus typiques avec ses petites maisons.

Argelès est très animée jour et nuit. A tel point qu'à périodes régulières, des bouffées de "chaleur" la fait surnommer "Los Argelès" par les Perpignanais qui ne gouttent guère aux bagarres régulières s'y déroulant l'été venu. Le village, un peu en retrait de la côte, entoure une jolie église du XIVe siècle.

On y trouve absolument tous les services balnéaires.

www.argeles-sur-mer.com Office de Tourisme - Tél: 04.68.81.15.85


L'Albère et le Château de Valmy

Le massif des Albères est en partie sur la commune d'Argelès, reconnaissable avec son château de Valmy.

Le château fait hôtel et produit du vin. On peut y visiter son très beau et vaste parc aux essences méditerranéennes. Un enchantement avec de beaux points de vue sur la mer. www.chateau-valmy.com

On y trouve de très beaux spectacles d'aigles. www.lesaiglesdevalmy.com


De délicieuses randonnées à faire autour de la forêt des Couloumates (cliquez ici et ici pour les itinéraires)

et de la tour de la Massane (qui domine Argelès) (cliquez ici).

Vous en apprendrez plus sur les Albères en consultant notre page sur la Vallée du Tech.


Elne
Anciennement superbe petite ville, l'ancienne capitale du Roussillon a beaucoup perdu de sa superbe (des logements HLM ressemblant a des corons y ont même été construits ces dernières années). On ne s'y attardera que pour visiter sa magnifique cathédrale et son cloître qui sont au demeurant assez incontournables, à 5 kilomètres seulement de la mer. Anciennement nommée Illiberis, on sait que le général carthaginois Hannibal y établit en campement en 218 avant Jésus-Christ, alors qu'il passait les Pyrénées avec ses 50 000 guerriers et ses éléphants de combat, en route pour assaillir Rome. La ville d'Elne existait donc - au moins - dès cette époque, et jusqu'à son érection en évéché, en l'an 414. La cathédrale Sainte-Eulalie-et-Sainte-Julie sortit du sol durant le XIe siècle, et le cloître y fut adjoint entre les XIIe et XIIIe siècle alors que les murailles étaient renforcées (elles ont été en grande partie détruites au XVIIe siècle, mais on peut toujours les distinguer. 3 portes d'entrée de la ville sont toujours là). Elne, comme tout le Roussillon, fait alors partie du royaume d'Aragon, souvent en guerre contre la France. En 1248, elle est fait partie du Royaume de Majorque que le
roi de France Philippe-le-Hardi attaque la Catalogne et l'Aragon. Majorque est neutre dans l'affaire, et les troupes françaises sont censées traverser le Roussillon sans encombre. Mais les habitants ne l'entendent pas de cette oreille. Ils harcèleront les troupes du roi durant toute leur traversée. Les derniers résistants se sont réfugiés dans la cathédrale d'Elne, et les Français détruisent la porte (qui en garde toujours les traces), afin de les en extirper. Philippe-le-Hardi perdit la vie par la suite dans les combats en Catalogne. Il fut enterré à Perpignan.

C'est au XIIIe siècle, sous les rois de Majorque, que Perpignan pris son essor et fit progressivement de l'ombre à Elne.


La Cathédrale et le cloître

Fait rare pour l'époque romane, son abside est soutenue par des arc-boutants. Elle portait deux clochers-tours, mais l'une a été remplacée. 6 chapelles gothiques ont été rajoutées entre le XIIIe et le XVe sur son côté méridional. Dans la chapelle Saint-michel : très beau reatable gothique dédié au saint terrassant le dragon. Les chapiteaux sont sculptés à l'intérieur-même de l'église, ce qui est rare en Roussillon.

Un autel classique a été érigé au XVIIIe siècle, au détriment de l'organisation romane. Mais la table d'autel d'origine (1069) subsiste.

Le superbe cloître de marbre blanc est connu pour ses sculptures romanes, mais aussi gothiques. Il comptait un étage, mais ce dernier a été détruit en 1827. Il devint Le Cloïtre des Citoyens durant la Révolution. Son centre est occupé par un jardin. La galerie sud est la seule a être totalement romane. Ornée de sculptures végétales ou animales, elle est "héritière" des artistes ayant oeuvré à Serrabone et Saint-Michel de Cuxa (voir cette page). Le pilier central est orné de sculptures historiées de la vie de saint Pierre et de saint Paul. La galerie ouest (XIIIe) est la copie de la première, avec quelques chapitaux gothiques. La galerie nord fut construite juste après et est à parts égales romane et gothique. Son pilier central raconte le martyr de sainte Eulalie et de sainte Julie. Enfin, la galerie Est est de style gothique et historiée de sculpures relatant la vie du Christ.

Les voûtes gothiques ornée de scènes de la Résurrection, sont du XIVe.

Les bâtiments clostraux sont désormais occupés par un petit musée d'histoire et d'archéologie. On peut entre autres y voir une armoire liturgique de la fin du XIVe siècle décorée d'une Vierge allaitante. Autre curiosité locale : l'ensemble (y compris l'église) est payant !


Si vous vous intéressez aux monuments religieux, vous pourrez également visiter l'abbaye de Saint-Génis-des-Fontaines, à quelques minutes seulement, dont vous verrez un descriptif sur notre page consacrée au massif des Albères (cliquez ici).


La maternité suisse d'Elne fut lancée en 1939 au château d'En Bardou par l'infirmière Élisabeth Eidenbenz afin de recueillir de jeunes mères fuyant la Guerre d'Espagne et les troupes franquistes. Elle restera en activité durant la seconde guerre mondiale avant d'être fermée en 1944 par la Gestapo : près de 600 enfants juifs ou tziganes y sont nés avant d'être cachés. Aujourd'hui, un musée y raconte cette histoire.


Office de tourisme : www.ot-elne.fr Tel. 04 68 22 05 07

- Maternité Suisse d'Elne :

Tel : 04 68 22 70 90 Sortie d'Elne - Rte de Montescot - www.elne.fr/maternite/




Collioure

La perle de la côte nord-catalane, et certainement l'un des plus beaux villages de France, célébrée par bien des peintres.

Encaissée dans les collines comme ses voisines de Port-Vendres ou Cerbère, Collioure est un haut-lieu du tourisme de la Méditerranée. Ancien village de pêcheurs réputé pour ses anchois, Collioure s'appelle ainsi depuis - au moins - l'an 340, mais était occupé dès la préhistoire, en atteste un grand nombre de mégalithes. Son château est mentionné dès 673, pour sa place stratégique et son rôle commercial à l'époque wisigothique. la place appartint aux contes du Roussillon, puis aux rois d'Aragon (XIIIe et XIVe) : aux rois de Majorque jusqu'en 1343, puis de nouveau aux Aragon ; au roi de France entre 1475 et 1481 ; aux rois catholiques d'Espagne jusqu'en 1643 où Louis XIV mit tout le monde d'accord : la ville serait à lui, un point c'est tout. Durant les guerres de la Révolution, elle redevint néanmoins espagnole pendant quelques mois, en
1793. Au début du XXe siècle, et avec le développement du port en eaux profondes voisin de Port-Vendres, Collioure perdit beaucoup en activité et en habitants, avant de se voir submergée par le tourisme de masse.

Le château a été agrandi par Vauban, architecte militaire de Louis XIV, qui rasa la vieille ville, et accorda aux habitants de reconstruire à l'emplacement de l'actuel village où les touristes aiment à flâner dans les délicieuses ruelles aux maisons colorées. Les cachots du château royal virent passer les officiers de l'armée de la République Espagnole après leur défaite face aux troupes du général Franco. Il faut avoir un bon sens de l'orientation dans ce château colossal, les panneaux "sens de la visite", indiquant souvent les 4 points cardinaux en même temps ! Malgré, également, des expositions d'art contemporain assez navrantes, et des salles un peu vide, ce château est néanmoins à visiter.

Site internet


Matisse vint peindre à Collioure en 1905, et y développa Le Fauvisme avec André Derain. D'autres peintres viendront s'adjoindre au mouvement : Albert Marquet, Juan Gris, Braque, Picasso, Dufy, Foujita et bien d'autres.Picasso y vint entre 1950 et 1952 ; Salvador Dali y séjourna régulièrement (sa maison est juste de l'autre côté de la frontière) entre 1953 et 1957. Le poète Antonio Machado y vécut et mourut.


L'église est célèbre de par son clocher, ancien phare et tour de guet, et parce qu'elle est entourée par la mer et les plages. Elle remplaça au XVIIe siècle une précédente église sise sur les hauteurs.


Collioure possède 3 plages en son centre : de part et d'autres de l'église, et de l'autre côté du château royal. On peut y prendre des bateaux touristiques afin de visiter la côte où y contempler les barques catalanes, regarder danser les sardanes au son des coblas.


Les vignobles produisent le Collioure, un rouge de table réputé (essayez le domaine de la Rectorie pour les Collioure et les Banyuls) www.la-rectorie.com .


Le Vendredi Saint au soir, une procession de pénitents est organisée (celle de Perpignan se déroule l'après-midi même) en boucle dans le village, avec l'église pour point de départ et d'arrivée. Vu l'assistance nombreuse, prendre place le long de la plage est parfois plus sage.

L'été, la grande fête de la Saint Vincent se tient entre le 14 et le 18 août depuis 1701. Elle donne lieu à la traditionnelle procession en mer, mais aussi à d'innombrables beuveries nettement moins pieuses, dans un esprit de feria.


Une partie de la colline ouest et le début de la côte ouest de Collioure sont interdites d'accès : elles abritent en effet le Centre National d'Entraînement Commando. Si vous voyez des hommes sortir de l'eau avec des fusils (ce qui arrive de temps en temps), vous ne serez pas surpris !


A quelques minutes de Collioure, dans le massif des Albères, on put visiter la Tour de la Madeloc, avec un point de vue sur mer incroyable ; ou bien le bel ermitage de Consolation, plus proche de la côte, mais sur la même route. Pour y aller, il faut rejoindre le rond point à l'entrée de la 4 voies pour Perpignan, et prendre la petite route de montagne où les directions sont indiquées.

www.collioure.com - Office de Tourisme de Collioure - Place du 18 juin - Tel: 04 68 82 15 47


CLIQUEZ : VISIONNEZ AUSSI NOTRE GALERIE DE PHOTOS DE COLLIOURE



Port-Vendres

Bien moins envahie de touristes que sa voisine Collioure, et ressemblant moins à une carte postale, Port-Vendres n'en est pas moins l'un des villages les plus sympathiques de la côte. Elle est construite de divers carrés, l'un autour du port de plaisance, l'autre autour du port de commerce, et l'autre autour de la grande place de l'obélisque. Cette dernière est dédiée à Louis XVI, qui décida de construire ici le grand port de commerce vers la Méditerrannée et l'Orient, tourné aujourd'hui vers le Maghreb l'Afrique et l'Europe du Nord. De nombreux Pieds-Noirs y débarquèrent à la fin de la Guerre d'Algérie et y demeurent toujours. Les bars et restaurants sont le long du port, et la criée aux poissons vaut le détour, la ville ayant aussi une petite flotte de chalutiers. Port-Vendres a de grands projets touristiques, menacés par le Conseil Général qui compte y construire un quai supplémentaire pour les marchandises, en lieu et place de magnifique criques, dont celle abritant l'un des restaurants les plus prisés des Catalans : le Poisson Rouge (à conseiller pour les dîners romantiques).

Port-Vendres est à la fois entouré de batteries militaires, d'époque Vauban ou plus récentes (le Fort Béar, sur le cap du même nom, est toujours en activité), mais aussi des plus belles criques du Roussillon, à l'instar de Paulilles.

L'obélisque haute de 27 mètres est donc dédiée à Louis XVI, avec sa fleur de lys au sommet, et est entouré de quatre bas-reliefs en bronze qui symbolisent les hauts faits du règne de Louis XVI : restauration du commerce maritime, abolition du servage, essor de la marine militaire et indépendance de l'Amérique. Juste en dessous de l'obélisque, le monument aux morts, oeuvre de Maillol est hélas très endommagé.

Au nombre de ses fêtes, la Saint Pierre se déroule chaque années fin juillet.


Comme pour Collioure, on peut monter à la tour de la Madeloc, sur le massif des Albères, afin d'y admirer le point-de-vue fantastique sur la baie.


Office de Tourisme : www.port-vendres.com - 04 68 82 07 54


CLIQUEZ POUR VOIR NOTRE GALLERIE DE PHOTOS SUR PORT-VENDRES





Paulilles (Port-Vendres-Plage)

Difficile d'imaginer qu'un des plus bel ensemble de plages françaises soit au milieu... d'une usine en ruines. C'est pourtant vrai, et personne ici ne voudrait que ça change. La dynamiterie Nobel a fonctionné ici entre1870 et 1984, les bâtiments s'affaissant progressivement depuis lors, mais ayant été en partie restaurés pour le tourisme depuis le début du XXIe siècle. Seules les deux collines qui départagent les 3 plages de l'anse, sont toujours intactes, pleine de bâtiments étranges et de souterrains autrefois équipés de wagonnets. La première plage dispose d'une paillote-restaurant (photos n°1 et 2 ci-dessous). La deuxième plage est celle de l'usine, elle est bordée d'un grand parking. La troisième n'est accessible qu'en marchant, elle est jalonnée de petites maisons de pêcheurs, et permet d'accéder à d'autres criques, plus au sud, tout autant délicieuses (photos 3 et 4).

Sur le Cap Béar, juste en face (à l'ouest) de Paulilles, on peut voir différentes criques. L'anse Sainte-Catherine est la plus réputée, et pas sans raison : le paysage est magnifique (photo n°5). On y accède par des chemins relativement carrossables, au départ du Clos de Paulilles (qui produit un excellent vin) (photo ci-dessus).






Site internet de Paulilles


Les 2 photos ci-dessous : Vue de la route entre Port-Vendres et Banyuls, près du Cap de l’Abeille




Banyuls-sur-Mer

Célèbre, évidemment, pour son vin doux naturel rouge ( www.la-rectorie.com ou encore www.banyuls.com ), la petite station balnéaire est plus calme que ses consoeurs, mais en dégage un autre charme. Elle est lovée dans une vallée, et étoilée autour de sa plage.

Sur les hauteurs avoisinantes, il est possible de faire de très belles promenades autour de la chapelle Notre Dame de la Salette d'où le point-de-vue est grandiose. Accès également au circuit de grande randonnée GR10 qui parcourt les Pyrénées.

La réserve marine : elle est l'unique réserve naturelle uniquement sous-marine en France, et s'étend sur 6,5km
jusqu'à Cerbère. L'endroit est en conséquence très prisé pour la plongée, entre autres le long du Sentier Sous-Marin, où, équipé d'un tuba-radio, vous apprendrez tout de la faune et de la flore méditerranéenne. Les enfants en raffolent.

Site internet


Banyuls dispose également d’une Thalassothérapie.

Office du Tourisme

Tél : 04.68.88.31.58

Avenue de la République

www.banyuls-sur-mer.com


Cerbère
S'il porte le nom du chien gardant la porte des enfers dans la mythologie grecque, l'origine du nom de ce petit village balnéaire gardant la porte de la France - dans la vallée précédent la frontière - n'a cependant rien à voir avec son homonyme. Son patronyme viendrait d'un dérivé de latin et de castillan signifiant quelque chose comme "le lieu du rocher". Son menhir et ses trois dolmens attestent d'une présence humaine dès la préhistoire. Avec son église du XIV et son château (dont il ne reste que la tour de Querroig), elle formait un territoire indépendant avant d'être adjointe à Banyuls, puis de devenir commune en 1889. Cet essor vient du fait qu'en 1878 fut inauguré le tunnel international des Balitres (d'une longueur de 606m en Espagne, et de 469m en France). Il est en double
voie: une française et une espagnole en raison de la différence d'écartement entre les rails français (1,44m) et les rails espagnols (1,67m) qui nécessite des transbordements de marchandises d'un convoi à l'autre (puis simplement, à partir de 1952, des changements d'essieux). Cerbère, en apparence petit village balnéaire, est donc en arrière-plan un monstre ferroviaire avalant (chiffres de 1998) 2 500 000 tonnes de marchandises et 15 000 trains par an.

Autre curiosité architecturale : l'ex-hôtel "Belvédère du Rayon Vert", construit entre 1928 et 1932 par l'architecte perpignanais Léon Baille. De style Art Déco à l'aspect "Paquebot" il a été classé en 2002 à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques.

Le village encaissé dans une jolie vallée et orienté autour de sa plage, a une importante activité touristique liée à la plongée sous-marine.

www.cerbere-village.com


A proximité de la frontière :

Juste de l'autre côté de la frontière, de nombreuses criques magnifiques entre Colera et Llança. Un peu plus loin, on ne ratera pas les très beaux villages du Port de la Selva (dominée par la belle abbaye San Pere de Rodes) et l'enchanteur Cadaques, village du peintre Salvador Dali, où l'on peut visiter sa maison (sur réservation). Les criques sont encore plus belles (et plus isolées de la route) autour de ces deux villages.

Plus largement, le nord de la Costa Brava, en Catalogne du sud, est dominée par la baie de Rosas ("Roses" en Catalan) et des stations balnéaires comme Empuriabrava. Les ruines de la cité greque et romaine d'Empuries sont magnifiques. Juste à la frontière, le massif des Albères recèle également quelques merveilles, comme le château de Requesens (à Cantallops, près de la Jonquera et du Perthus) ou l'abbaye de San Quirze de Colera (à Rabos). Un peu plus dans les terres, on peut voir le musée Dali à Figuères, ou le parc volcanique des Garotxes, avec le beau village médiéval de Besalu. A deux heures d'autoroute de Perpignan, se tient l'incontournable Barcelone. Encore un peu plus au sud, le parc d'attraction géant Port Aventura des Studios Universal est très prisé. Il est tout près de Tarragona.

A noter que la frontière est prise d'assaut au Perthus ou à la Jonquère les jours où l'absence de soleil donne envie de faire autre chose. Les touristes y vont afin d'acheter des produits mois taxés qu'en France (cigarettes, alcools, parfums).


Dans les Pyrénées-Orientales :

Couchers de soleil et paillottes sont très prisées au lac de Villeneuve-de-la-Raho, au sud de Perpignan.

Il serait dommage de se passer des visites de l'arrière-pays, que ce soit de Perpignan, ou les 3 vallées nord-catalanes dans lesquelles on peut se promener, découvrir les magnifique villages et abbayes au sommets des pics.

 

Le premier guide de voyage complet et gratuit sur internet

La Côte Catalane

LES MEILLEURS RESTOS

(du nord au sud de la côte)


Le Commerce

2, bd de la Révolution  66250 Saint-Laurent-de-la-Salanque

Téléphone : 04.68.28.02.21

Tarifs $$

Spécialités : Bouillabaisse de roche (sur commande).


Le Don Quichotte

22, av. de Catalogne  66140 Canet-en-Roussillon

Téléphone : 04.68.80.35.17

Tarifs $$

Saveurs catalanes et pêches locales. Très belle cave.


L’Almandin 

Ile de la Lagune

bd de l'Almandin

66750 Saint-Cyprien

Téléphone : 04.68.21.01.02

Terrasse

Tarifs $$$

Fabuleuse cuisine nord-catalane. Spécialité :  Escabèche de rougets aux gambas et pistes.


Le Mas d'Huston

66750 Saint-Cyprien

Téléphone : 04.68.37.63.63

Décor : Terrasse

Tarifs $$

Très bon restaurant du gold de “Saint-Cyp”.


Auberge du Roua

Chemin de Roua

66700   Argelès-sur-Mer

Téléphone : 04.68.95.85.85.

Vieilles pierres, et terrasse dans la garrigue, au pieds des Albères. Cuisine méditerranéenne et belle cave.

Tarifs $$$

Spécialités : Risotto vert aux coquillages et crustacés.


La Balette

Rte de Port-Vendres  66190 Collioure

Téléphone : 04.68.82.05.07.

Terrasse

Tarifs $$$

Cuisine locale et originale

A goûter : les filets d’anchois marinés au vinaigre de Banyuls sur compotée d’oignons,


Le Neptune

9, rte de Port-Vendres  66190 Collioure

Téléphone : 04.68.82.02.27.

Terrasse

Tarifs $$$

Très belle vue sur Collioure et une cuisine locale à la hauteur et aux mêmes saveurs de la mer.


Le Cèdre

29, rte de Banyuls

66660 Port-Vendres

Téléphone : 04.68.82.01.05.

Terrasse

Tarifs $$$

Très bel endroit et très belle cuisine locale.


La Côte Vermeille

Quai du Fanal

66660   Port-Vendres

Téléphone : 04.68.82.05.71.

Tarifs $$

Pas de chichis, mais de la grande cuisine, très locale, surtout pour le poisson.


Le poisson rouge

Rte de la Jetée

Tél. 0468980312

Port-Vendres

Très bonne cuisine (surtout de la mer), mais le plus important ici, c’est l’ambiance (une sorte de guinguette-paillotte avec souvent de très bons concerts de jazz) et la situation : sur une mini-crique face à Port-Vendres. Incontournable le soir pour les repas romantiques et les soirées inoubliables. Réservez en terrasse.

Tarifs $$$


Le Clos de Paulilles

Baie de Paulilles

à Port-Vendres.

Tél : 04 68 98 07 58

Ouvert à la belle saison.

Tarifs $$

Cuisine locale dans le cadre magnifique de Paulilles. La famille produit également de très bons vins .


Al Fanal

Av. du Fontaulé

66650 Banyuls-sur-Mer

Téléphone : 04.68.88.00.81

Terrasse

Tarifs $$

Une tradition. Cuisine de la mer avec comme spécialité les anchois marinés maison ou la parillade de poissons.


La Littorine

Plage des Elmes

66650 Banyuls-sur-Mer

Téléphone : 04.68.88.03.12

Une institution catalane au fond d’une crique, avec Jean-Marie Patrouix aux commandes de la cuisine. Pêche locale et saveurs catalanes.

Tarifs $$$

Terrasse


La Dorade

Front-de-Mer

66290 Cerbère

Téléphone : 04.68.88.41.93.

http://www.hotel-ladorade.com

Terrasse

Tarifs $$

Du très bon catalan.

Spécialité : Minestrone de homard aux petits légumes du soleil.

Vallée du TechVallee_du_Tech.html
Pyrénées-OrientalesPyrenees-Orientales.html
Conflent et CerdagneVallee_de_la_Tet.html
PerpignanPerpignan.html
Vallée des chât. cathareshttp://www.voyage-webguides.com/fr2/Cathares.html

Nos autres pages sur cette région :