--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
 
SOMMAIRE
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
        
        
                   Châteaux
       Cathares     
 
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
 
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------
 
Avant la visite
Le terme "Châteaux cathares" est globalement utilisé par le tourisme contemporain pour désigner, de manière arbitraire, la série de forteresses bâties par le roi de France sur la frontière espagnole (sud) du royaume à l'issue de la croisade contre les Albigeois. Quelques uns de ces sites avaient connu, antérieurement à la période royale, un habitat villageois de type castral susceptible d'avoir hébergé des Cathares et qui fut rasé lors de l'érection des citadelles. Il conviendrait donc de parler de "châteaux du Pays Cathare".
La frontière d'avec l'Espagne était donc sur cette ligne, un peu plus au nord qu'actuellement. Elle fut établie sur le tracé que nous connaissons par le Traîté des Pyrénées en 1659. Ce qui explique qu'à Perpignan on parle de "Catalogne française".
 
Cinq châteaux furent alors nommés les “cinq fils de Carcassonne” : Châteaux d'Aguilar, Peyrepertuse, Puilaurens, Quéribus, Termes. Ces cinq forteresses résistèrent aux différents assauts menés par l'armée aragonaise. Le système de défense royal est basé sur un pivot logistique puissant que sont les Cinq fils de Carcassonne et sur des châteaux dispersés sur la ligne de front. Ces châteaux de guet sont disposés sur la ligne de crête qui était déjà occupée par les cathares du fait de sa position stratégique.
 
La plupart des châteaux cathares sont dans les départements de l'Aude et de l'Ariège. En saison, l'entrée est payante durant la journée dans les principaux châteaux, des audio-guides sont proposés en plusieurs langues.
 
Notre route des châteaux cathares va donc démarrer à Salses (Pyrénées-Orientales), sur la Méditerranée, et se poursuivre vers l'Est en direction de Foix en Ariège, principalement par la route D. 117. Si vous visitez les châteaux en été, nous vous conseillons de faire des "haltes fraîcheur" dans les rivières environnantes dans les gorges du Verdouble ou de Galamus... il n'y a pas d'ascenseur pour atteindre les cimes des châteaux... !
 
Il existe aussi un petit train du pays cathare entre Axat et Rivesaltes  en passant par Saint-Paul de Fenouillet... qui circule l'été avec des wagons découverts : http://www.tpcf.fr
 
TRANSPORTS :
- Train du pays cathare entre Axat et Rivesaltes en passant par Saint-Paul de Fenouillet... : http://www.tpcf.fr
- Gare TGV et aéroports importants à Perpignan et Toulouse.
- Arrêt du TGV à Rivesaltes
- Garse importantes à Carcassonne et à Foix.
- Le pays cathare à cheval : http://chevalcathare.free.fr
- Bus pour voyages organisés ou portage de bagages pour les randos : http://www.balade-cathare.com
 
Les châteaux incontournables :
- Quéribus, Peyrpertuse et Puylaurens à l'ouest.
- Montségur et Rennes-le-Château à l'est.
 
Voir ou acheter avec Amazon.fr


La plupart des photos de cette page provient du site www.all-free-photos.com 
D’Est en Ouest :
 
CHÂTEAU DE SALSES
Vous pouvez voir notre notice sur la forteresse de Salses sur notre page Pyrénées-Roussilon. Il s'agit d'une très belle forteresse Vauban enterrée qui se visite (elle est visible depuis l'autoroute ou le chemin de fer). Salses n'est pas à proprement parler un "château cathare", mais est la première fortification de l'ancienne frontière.
 
 
OPOUL-PERILLOS
Les restes de la courtine polygonale du château d'Opoul sont visibles de loin, et, lorsqu'on y est, on peut admirer un paysage splendide sur toutes la plaine du Roussillon et la Méditerranée. Il est sur la route qui mène du village d'Opoul vers celui, fantôme, de Périllos. Deux tours rondes, dont le donjon, protégaient le coté sud-ouest. Une citerne voûtée est toujours visible au milieu de la cour.  Des fortifications sont encore visibles à l'ouest du château. Il semblerait qu'elles constituent les restes des protections construites vers 1246. Appelé Salvaterrat, un village était alors situé au pied du château.
Probablement occupé dès l'époque romaine, le château d'Opoul fut
toutefois reconstruit par Jacques d'Aragon en 1246. Il fut occupé alternativement par les espagnols et les français et sera définitivement abandonné par Richelieu en 1642. Ce dernier le fera démanteler peu après.
 
Périllos est un joli village abandonné et situé à 2.5 kilomètres du château d'Opoul, en continuant par la même route. Déserté depuis quelques décennies seulement, il reste toutefois un bar/restaurant ouvert l'été uniquement. Les paysages tout autour sont vraiment lunaires et propices aux randonnées.
On y trouve également de nombreuses grottes :
 
 
CHÂTEAU D'AGUILAR
Ce château datant du XIIe siècle (mais dont la construction continuea durant le XIIIe et le XIVe siècle, fut rattaché en 1020 à celui de Termes et appartenait à ses seigneurs. Le château barre le col de l'Extrême, la vallée du Verdouble et le Vingrau.
 
En 1246, après la croisade contre les Albigeois, le château fut annexé au domaine de France et devint alors l'un des "cinq fils de Carcassonne" dont l'objectif est de défendre la frontière entre le royaume de France et celui d'Aragon. En 1525, il fut conquis par Charles Quint et fut occupé par les espagnols jusqu'en 1543. Une garnison royale française occupera les lieux jusqu'à la signature du traité des Pyrénées, puis le château tomba peu à peu en ruine.
 
Situé sur une colline de 96 mètres de hauteur surplombant la plaine de Tuchan. Il est composé de deux enceintes séparées par des lices. Les bâtiments regroupés au centre de la deuxième enceinte sont tous pratiquement détruits. La première enceinte est composée de six tours semi-circulaires. Au centre, se trouvait une tour-donjon rectangulaire, un corps de logis et une citerne.
  
 
 
RIVESALTES
Vous passerez près de Rivesaltes et de ses vignes en prenant la route de Foix. Le centre ancien est très joli (voir également notre page Pyrénées-Roussillon). Vous pouvez vous y arrêter déguster un muscat (par exemple à l'Albera, 7 rue Pasteur - http://www.nayandei.fr ) ; ou déjeuner au Domaine de Rombeau dont la cuisine catalane (pas trop chère) est succulente (les grillades en premier lieu) (http://www.domaine-de-rombeau.com).
 
 
TAUTAVEL
En poursuivant vers Estagel, vous apercevez la tour "sentinelle" de Tautavel à l'ouest, vestige d'une forteresse royale sur un pic. Ce village qui est également sur notre page Pyrénées-Roussillon est à la fois joli et paisible, et a la particularité d'avoir aussi un très joli musée de la préhistoire. C'est en effet ici qu'on a retrouvé le fameux "homme de Tautavel", qui serait à peu près vieux de 450 000 ans. On peut également y nager dans la rivière le Verdouble.
RESTAURANT
(La sélection des guides)
Le Petit-Gris
Rte d'Estagel - 66720 Tautavel
Tél : 04 68 29 42 42
 
MAURY
C'est dans ce village que vous pourrez quitter la D.117 vers le nord pour atteindre Quéribus, la première citadelle, que vous apercevez déjà depuis Estagel. Maury fabrique un extraordinaire vin doux naturel, rouge, moins connu que le Muscat de Rivesaltes, mais tout aussi savoureux. L'été vous pouvez vous arrêter à la boutique de la Coume du Roy, à l'entrée du village (sur la gauche) quand on arrive de Rivesaltes, qui propose des dégustations et vend un vin fameux. http://www.lacoumeduroy.com
 
 
CHÂTEAU DE QUÉRIBUS
Cette étonnante forteresse est perchée sur un piton rocheux à 728 mètres d'altitude. En 1162 lorsque se forme la couronne d'Aragon, Quéribus est déjà l'une des principales forteresses barcelonaises au nord des Pyrénées. Toutefois avec l’annexion à la couronne du comté de Roussillon en 1172, le rôle de Quéribus diminue.
 
Lors de la croisade contre les Albigeois, le château est tenu par le chevalier Chabert de Barbaira, hérétique notoire et farouche opposant aux croisés. Il devient un refuge pour les religieux cathares. C'est l'un des derniers châteaux cathares avec le Château de Puilaurens à accueillir des responsables de l'église cathare après la chute de Montségur. Le roi Louis IX ordonne au sénéchal de Carcassonne, Pierre d'Auteuil, de s'emparer du château. La conduite des opérations est confiée à Olivier de Termes, qui connaît les lieux et leur défenseur. Après un siège assez court, Chabert de Barbaira se rend à Olivier et échange sa liberté contre la reddition du château, en mai 1255. Le château devient alors une forteresse royale pourvu d'une garnison.
Il est l'un des « cinq fils de Carcassonne » : Quéribus, Aguilar, Peyrepertuse, Puilaurens et Termes.
 
Le château est confié à un châtelain désigné par le sénéchal de Carcassonne. Le premier est Nicolas de Navarre nommé en 1259. Puis durant les XIIIe et xive siècles, les rois de France reconstruisent et renforcent la structure défensive du château. En 1473, la forteresse est assiégée et prise par les troupes du roi d'Aragon. Enfin, en 1659, le château perd son intérêt stratégique lors de la signature du Traité des Pyrénées qui fixe définitivement la frontière franco-espagnole. Cependant, une garnison y est maintenue pendant plusieurs décennies.
 
Les lieux se sont dégradés peu à peu pendant le XVIIIe siècle et sont alors le refuge de nombreux brigands.
 
Abandonné à la Révolution française, la forteresse continue à se délabrer jusqu'à son classement Monument historique en 1907.
 
Architecture :
Le château est constitué de trois enceintes en étages au sommet de la falaise. Elles assuraient les défenses grâce à divers systèmes : de fines archères utilisés par les arbalétriers, des meurtrières canonnières pour les armes à feu plus large et des mâchicoulis. Quatre siècles d'évolutions de l'art défensif y sont représentés.
 
Plusieurs systèmes de défenses des portes sont présents : assommoirs, bretèches. Des chemins de ronde et des casemates assurent la surveillance des points vulnérables. Quinze à Vingt hommes suffisaient pour défendre la forteresse. Elle ne pouvait de toute façon pas assurer la survie de plus de soldat vu la taille de la citerne et de l'ensemble des bâtiments.
 
Le reste de la forteresse est constitué d'un corps de logis, de salle de stockage, de citernes et d'un donjon. Le donjon est une tour polygonale (pour réduire les effets dévastateurs des projectiles) située dans la troisième enceinte au plus haut de la falaise. Avec des murs de plusieurs mètres d'épaisseur et débouchant sur une terrasse d'où la vue sur les Pyrénées, la mer Méditerranée et les vignobles de Corbières est imprenable, le haut du donjon est soutenu par un imposant et magnifique pilier.
 
On peut acheter un billet commun et moins cher à la fois pour le château et le théâtre de Cucugnan dont les représentations ont lieu toutes les demi heures.
 
 
 
CUCUGNAN
Ce très joli village entre deux citadelles cathares est extrêmement agréable à visiter. Superbe église (au moins) du XIIIe, avec une vierge enceinte (très rare).
Alphonse Daudet, dans ses Lettres de mon Moulin (1886) raconte l'histoire du sermon du Curé de Cucugnan. Ce bon curé voulant faire revenir ses ouailles dans le droit chemin leur raconte un voyage imaginaire au paradis, au purgatoire puis en enfer où il trouve tous les anciens Cucugnanais. Alphonse Daudet situe Cucugnan en Provence donc beaucoup plus à l'est qu'il ne l'est effectivement, mais on peut trouver à Cucugnan une salle de théâtre où l'on raconte cette nouvelle "
avé l'accent", pour le plus grand plaisir des petits comme des grands. Séances de 18mn toutes les demi-heures. Ticket moins cher si couplé avec la visite du château de Quéribus, voir ci-dessus.
 
RESTAURANTS
(La sélection des guides)
Auberge de Cucugnan
2 pl de la Fontaine - 11350 Cucugnan
Tél : 04 68 45 40 84
 
Auberge du Vigneron
2 rue Achille-Mir - 11350 Cucugnan
Tél : 04 68 45 03 00
 
 
 
 
GORGES DU VERDOUBLE
Entre Cucugnan et Peyrepertuse coule le Verdouble. Quand on vient de Cucugnan, juste avant le beau village de Dhuilac, la route passe sur un petit pont. Une voie carrossable part juste après le pont, et serpente entre les vignes sur au moins deux kilomètres, afin de gagner un parking au bord du Verdouble. Une retenue artificielle, près d'un moulin en ruine, offre un lagon de taille olympique. De l'autre côté, des cascades et mares sur la rivière permettent à la fois une belle balade et des escales rafraîchissantes !
 
 
CHÂTEAU DE PEYREPERTUSE
Le château de Peyrepertuse (xie siècle) est située sur une crête rocheuse en haut d'une colline qui sépare Duilhac et Rouffiac-des-Corbières. Position stratégique qui permet à la fois de voir loin dans les différentes vallées qui l'entoure, de contrôler les cols ou de communiquer des signaux au château de Quéribus un peu plus au Sud.
 
La vue du château depuis Duilhac (au Sud) est impressionnante grâce à la falaise de 30 à 40 mètres sur laquelle la ruine du château est posée comme un navire échoué. L'entrée principale se trouve du côté Nord, mais à l'époque des Cathares un passage secret permettait après un chemin étroit derrière un gros éperon rocheux de rentrer dans le château
par une échelle amovible. Aujourd'hui la poterne du passage secret est fermée mais le chemin est toujours là et on peut terminer l'ascension par une voie d'escalade.
En 806 apparaissent les premières mentions du château. Il est alors catalan et s'appelle Pérapertusès. Il appartient au comte de Besalù, en Catalogne.
Il passe ensuite dans le comté de Barcelone, puis dans le vicomté de Narbonne.
A l'époque de la croisade contre les Albigeois, il est le fief de Guillaume de Peyrepertuse, excommunié en 1224. Ce dernier se soumet après l'échec du siège de Carcassonne, et le château devient une possession française en 1240. Saint-Louis décide de le renforcer et de lui ajouter une deuxième partie, le donjon "San Jordy", situé plus en hauteur sur la crête. Il devient l'une des forteresses royales protégeant la frontière contre l'Aragon puis l'Espagne jusqu'au XVIIe siècle.
Une garnison est maintenu jusqu'à la Révolution même si la citadelle n'avait plus trop de valeur depuis l'annexion du Roussillon en 1658. Elle sera ensuite abandonné et ses ruines subsistent jusqu'à aujourd'hui.
 
Le château mesure 300 mètres de long et 60 de large au maximum et ses ruines accueillent aujourd'hui près de 100 000 visiteurs par an. Elles dominent de 800 m les splendides paysages de collines et de vignobles de la région.
 
Même si le château est en ruine, la plupart des murs sont encore debouts, et certaines pièces sont encore bien conservées (notamment la chapelle fortifiée dans le Bas-Château), et la vue de là-haut par beau temps vaut bien la peine d'y monter.
 
Pour les courageux et les randonneurs, un sentier de grande randonnée part du village de Duilhac (prendre la route du château sur quelques centaines de mètres avant de prendre à droite un petit chemin qui coupe les lacets). Il s'agit d'une variante du sentier cathare.
 
La falaise de calcaire est propice à l'escalade et les voies aboutissent toutes ou presque dans l'enceinte, au grand plaisir des grimpeurs qui terminent leur ascension sous le regard des touristes spectateurs.
 
Des animations et un festival médiéval ont lieu d'avril à août.
 
 
 
 
 
SAINT-PAUL DE FENOUILLET
Près des gorges de Galamus, ce village est agréable pour une halte sous les platanes de sa place centrale où un snack propose des petits réconforts... idéal après une descente des gorges.
Le village est également célèbre pour ses biscuits, les délicieux Croquants de Saint-Paul (ceux aux amandes sont meilleurs qu'avec des noisettes), et fantastiques avec un verre de Maury.
Le bâtiment le plus symbolique de Saint-Paul est son "Chapitre", classé Monument Historique, et surtout le clocheton du XVIIème siècle qui surplombe sa chapelle. Cette collégiale, très riche jusqu'à la fin du XVIIIème siècle, fut malheureusement vendue aux enchères à la Révolution et transformée en appartements privés. D'importants travaux de restauration sont programmés afin de lui faire retrouver sa magnifiscence d'antan : le XVIIème siècle dans toute sa splendeur, grâce à des gypseries (stucs) sculptées.
Du haut de son très beau clocher heptagonal, unique dans la région, une très belle vue panoramique s'ouvre à vos yeux : Galamus, la Clue de la Fou, la vallée de Saint-Paul et son vignoble.
Les bâtiments du Chapitre abritent un charmant musée d'art et traditions populaires, d'archéologie, de numismatique et de minéraux.
Au rez-de-chaussée, une salle est réservée à la mise en scène de la vie quotidienne au XIXème siècle. Une autre abrite une collection unique d'outils anciens des artisans du village, principalement les tourneurs sur bois. Au premier étage, dans les salles magnifiquement décorées de stucs du XVIIème siècle, sont rassemblées des collections archéologiques ainsi qu'une exposition permanente d'un artiste local.
 
 
GORGES DE GALAMUS
Cet impressionnant site naturel classé et protégé propose de nombreuses surprises. L'Agly ou « rivière de aigles » qui coule au fond des gorges de Galamus est une petite rivière qui a creusé cette entaille profonde de plusieurs dizaines de mètres dans la roche. Cette même rivière a creusé au sud le Fossé de la Fou dans une autre barrière calcaire. Cet endroit contient une roche géologique rare formée par des sources : le tuf calcaire.
 
Par la route (D10 et D7), on peut longer la faille tout du long, en venant de Duilhac comme de Saint-Paul. Mais la circulation est éprouvante en été.
En canyoning : garer la voiture sur parking de l'ermitage et continuer la route à pied jusqu'à l'endroit ou la rivière rejoint la route, puis redescendre à pied. Grandiose ! Le parcours est très facile (les sauts de plusieurs mètres de haut peuvent être contournés), mais des protections sont tout de même conseillées, ainsi qu'une déclaration en mairie.
Tout savoir sur cette descente :
 
L'ermitage Saint-Antoine
Cet ermitage au milieu des gorges existe depuis le VIIe siècle. D'abord réduit à une seule grotte où se trouvent les bassins, le lieu contient aujourd'hui une chapelle collée à la paroi des Gorges. De nombreux genévriers de Phénicie agés de plus de cinq cent ans s'accrochent aux rochers surplombant les escaliers descendant sur la cour intérieure. La chapelle fut construite à la suite du "miracle" de 1782 durant lequel de nombreux villageaois de Saint Paul de Fenouillet furent sauvés d'une épidémie de "suette" (sorte de gangrène où l'on sue beaucoup) grâce la protection de Saint-Antoine. Depuis ce jour, au milieu des rochers pousse un platane quasiment sans eau. Il est aujourd'hui immense et propose son ombre paisible aux visiteurs.
Les lieux ont été réaménagés au XVème siècle par les franciscains. Il est alors devenu un lieu de pèlerinage traditionnel les lundis de Pâques pour les Occitans et les lundis de Pentecôte pour tout le sud de l'Occitanie et pour la Catalogne.
 
 
CHÂTEAU DE PUYLAURENS
Situé sur la commune de Lapradelle-Puilaurens, il faisait partie des "cinq fils de Carcassonne" et fut un refuge durant la croisade contre les Albigeois. En 1241, le diacre cathare du Fenouillèdes, Pierre Paraire y séjourna. Plusieurs parfaits et parfaites y seront hébergés de 1245 à 1246. Cette forteresse ne tomba jamais dans les mains des croisés, mais entra ensuite dans le royaume de France en 1250. Il fut fortifié à partir de 1255 sur ordre de Louis IX afin de défendre la France face à l'Aragon.
Une garnison dirigée par Odon de Monteuil avec un chapelain et 25 sergents occupe alors le château de Puilaurens en 1259. Des travaux de consolidations et de fortification se poursuivirent sous l'impulsion de Philippe le Hardi de 1270 à 1285 et il résistera ensuite à plusieurs attaques aragonaises et restera. Comme les autres citadelles frontalières, il perdra de son intérêt stratégique après le Traîté des Pyrénées de 1659 et le déplacement de la frontière plus au sud. Il fut définitivement abandonné à la Révolution.
Une légende rapporte que la Dame Blanche, petite nièce de Philippe le Bel, vient pendant les pâles nuits, promener ses vaporeux voiles sur le chemin de ronde des remparts démantelés.
 
 
 
CHÂTEAU DES TERMES
Il fut également le refuge de nombreux cathares sous l'impulsion de Raymond de Termes, vassal du vicomte de Carcassonne. Simon de Montfort décida de s'emparer de Termes en 1210 et les assiégés se rendirent à cause de la soif, mais plusieurs mois après le début du siège.
En 1229, la forteresse fut remaniée et devient un château royal hébergeant une garnison. Plus tard, devenu un repaire de brigands, le château fut détruit à l'explosif sous les ordres de Richelieu.
 
Gorges de TERMES
Site naturel de baignade dans un cadre exceptionnel, pour les petits et les grands.
A ne pas manquer lors de la visite du château de Termes.
 
Gorges de CAUNE-PONT
Site de randonnée. Gorges pittoresques. Accessible depuis le parking du château.
 
CHÂTEAU D'ARQUES
Constitué d'une enceinte et d'un haut donjon carré avec quatre tourelles. Il fut construit APRES la croisade contre les Albigeois au XIIIe siècle sur les terres récupérées par Pierre de Voisins, un fidèle compagnon de Simon de Montfort.
En 1575, le château est assiégé et seul le donjon résiste à l'assaut. À partir de la Révolution, le château tombe en ruine. Il est alors rénové et reconstruit en partie, puis classé monument historique.
 
 
RENNES-LE CHÂTEAU
Un village célèbre pour ses mystères !
Tout d'abord il fut fondé par les gaulois puis envahi par les Romains. À l'époque de Charlemagne, la ville est aussi importante que Narbonne et Carcassonne. Elle est le siège du royaume wisigoth du VIe au  VIIe siècle.
Une seule seule des deux églises existe toujours : Sainte-Marie-Madeleine, édifice roman remanié, entre autres par l'abbé Saunière qui l'a doté au début du XXe siècle d'une décoration sulpicienne.
 
Les mystères de l'abbé Saunière
 
Né à Montazels, tout près de Rennes-le-Château,  Bérenger Saunière devint prêtre en 1879. Après quelques affectations successives dans son département, Saunière est affecté comme curé de Rennes-le-château en 1885.
 
Dès son arrivée au village, il est choqué par l'état de délabrement de l'église. En 1891, Saunière commence ses travaux dans l'église avec l'argent prêté par la mairie. Dès son arrivée, il se liera très vite à Marie Dénarnaud, sa servante, qui le suivra de ses débuts jusqu'à sa mort.
 
C'est lors de ces premiers travaux que les ouvriers découvrent dans un pilier du maître-autel, trois fioles où sont logés des parchemins. L'abbé ne tarde pas à subtiliser les parchemins aux ouvriers, prétextant qu'ils ont une grande valeur. La nouvelle se sait très vite au village, et on demande à Saunière de vendre les documents pour un musée, et l'argent gagné remboursera les frais de réparation de l'église. En 1893, Saunière se rend ainsi à Paris afin de connaître la signification de ces documents.
 
Durant ce séjour à Paris, il va rencontrer Emma Calvé, célèbre cantatrice de l'époque. Quelques jours plus tard, l'abbé Vieil lui explique, semble-t-il, le sens caché des parchemins. Mais personne ne sait rien de cette discussion. On sait qu'il repart peu après, laissant les documents, mais en en gardant des copies. Ces parchemins, qui n'avaient au départ rien d'extraordinaires (il s'agissait en fait de passages de la Bible écrits en latin) semblent être la clé du mystère de Rennes quand on sait que c'est à partir de ce moment là que débute l'étrange vie de l'abbé Saunière.
 
Sitôt rentré, Saunière entame d'étranges découvertes : en face du maître-autel, il découvre à l'aide de ses ouvriers, une dalle dite du Chevalier (aujourd'hui exposée au musée de Rennes) où la face cachée présente d'étranges sculptures de cavaliers, apparemment très anciennes. Il ordonne alors que l'on creuse une fosse à cet emplacement, et congédie ensuite ses ouvriers afin d'explorer le lieu lui-même.
 
L'attitude de l'abbé paraît de plus en plus étrange aux villageois quand ils se rendent compte qu'il efface dans le cimetière les inscriptions dressées sur une très ancienne tombe, celle de la marquise de Blanchefort. Il va même jusqu'à déplacer la stèle. Le maire, choqué par ces saccages, lui demande d'arrêter. Dès lors, les villageois voient Saunière de plus en plus souvent voyager et s'absenter du village, souvent pour plusieurs jours. Durant ses voyages, il est muni d'une valise qu'il porte à dos d'âne.
 
Autre chose encore plus étrange, le curé de Rennes qui vivait jusque là dans une pauvreté extrême, se met à faire de folles dépenses dans son église qu'il rénove désormais à ses frais. Il entreprend d'ailleurs une rénovation complète qu'il réalisera selon ses goûts. Elle est achevée en 1897. Mais le style est très original voire choquant au goût des autres ecclésiastiques. En effet, outre des peintures de couleur vive et de nombreuses statues, le bénitier est un diable sculpté.
 
Les constructions et les rénovations ne s'arrêtent pas en si bon chemin. Saunière achète le terrain derrière le presbytère (bâtiment qu'il a d'ailleurs rénové entre temps), et entreprend de grandes constructions. Il aménage un jardin, une serre, mais aussi une maison : la villa Béthanie, petite, mais luxueuse, comparée aux autres maisons du village. Mais son œuvre la plus étrange et la plus célèbre est sans aucun doute la tour Magdala qu'il bâtit au bord de la colline. Cette petite tour, aujourd'hui visitable, abrite sa bibliothèque. Dans sa villa, il accueille des invités de marque qui viennent de très loin, mais dont l'identité reste obscure. Si la villa sert à loger les invités, Saunière ne vivra jamais autre part que dans son presbytère.
 
Si le luxe fastueux de l'abbé fait murmurer les villageois, il fait aussi grincer des dents l'évêché qui l'accuse de trafic de messe, c’est-à-dire de détourner l'argent de la quête à des fins personnelles. Mais cette accusation est sans doute exagérée puisque jamais l'argent de la quête n'aurait pu payer de tels travaux. En 1910, Saunière est interdit de messe et remplacé par un autre curé. Habitant toujours à Rennes, Saunière officie dans sa villa, dans la petite chapelle placée dans la véranda où les habitants viennent le rejoindre, boudant toutes les messes de l'autre curé. Durant la Première guerre mondiale, Saunière, qui n'a d'ailleurs pas pû récupérer son église se voit soupçonné d'espionnage par certains villageois.
 
Il meurt le 22 janvier 1917. En 1953 meurt Marie Dénarnaud, sa servante, maîtresse et confidente, emportant avec elle le secret de l'or de Rennes. Bien des personnes auraient tenté de la faire parler, y compris de très hauts dignitaires du IIIe Reich quêtant le Saint-Graal.
 
Depuis lors, Rennes-le-Château vit chaque jour au quotidien d'individus plus ou moins illuminés, dont certains que vous verrez allongés sur le sol en écoutant si "ça sonne creux" venant traquer l'un des
Hypothétiques trésors de Rennes le Château :
- Alaric Ier met Rome à sac en 410 et ramène logiquement dans sa capitale nombre de richesses pillées là-bas  ;
- L'avancée rapide des Francs (bataille de Vouillé en 508 après JC où meurt Alaric II) avait pu conduire les Wisigoths à cacher leur trésor dans une de leurs places fortes, or l'une d'elles est Rhedae, devenue Rennes-le-Château.
- les Templiers affirmèrent réexploiter la mine d'or épuisée de Blanchefort. Mais ils n'embauchèrent pas de main d'œuvre sur place, installant à la place une colonie de travailleurs allemands qui ne pouvaient guère communiquer avec la population locale. Assez toutefois pour qu'on apprenne qu'il s'agissait de fondeurs et non de mineurs.
- Les faux-monnayeurs du Bézu en 1340 : Guilhen Cathala, gendre du seigneur de Rennes et neveu du pape Benoît XII (Jacques Fournier) est découvert en flagrant délit de fabrication de fausse monnaie. D'où venait l'or ? L'ordre des Templiers, en tout cas, avait été liquidé en 1307. L'affaire a été classée...
- En 1645, un jeune berger s'était signalé pour « avoir trouvé des pièces d'or » sans révéler le lieu de sa découverte.
- Le trésor de Blanche de Castille aurait été mis en sûreté à Rhedae lors de la révolte des Pastoureaux.
- Il pourrait s'agir de l'ancien trésor de l'église caché à la Révolution par le prédécesseur de Bérenger Saunière.
- De l'or caché dans les tombes, et découvert par l'abbé Saunière.
 
Outre l'existence d'un autre "trésor", plus spirituel, caché probablement sur les pentes du mont Cardou, la véritable fortune de l'abbé Saunière viendrait d'un trafic de messes ; même s'il n'est cependant pas exclu qu'un trésor réel ait été dissimulé dans les environs de Rennes-le-Château. Dans l'hypothèse toutefois où le trésor serait bien celui des Wisigoths, les richesses accumulées par les Romains suggèrent que même les dépenses somptuaires de Saunière (qui avait quitté son état de prêtre quelque temps après son changement de fortune) ne l'auraient pas beaucoup égratigné.
 
CHÂTEAU DE PUIVERT
Ce bâtiment, posé sur une colline surplombant le village et son lac, culmine à une altitude A 605 mètres d'altitude au dessus du village et de son lac, les premières mentions de ce château sont de 1170, alors propriété de la famille cathare Congost. En novembre 1210, il fut brièvement assiégé, et pris, par un lieutenant croisé de Simon de Montfort. Ces ruines sont visibles à côté du "nouveau château", construit au XIV juste à côté.
Une autre porte permet d'accéder au vieux château.
Le donjon est très bien conservé. De forme carrée, il mesure 15 mètres de côté et 32 mètres de haut. Il était initialement attenant du logis seigneurial. Sur la partie ouest de la tour, on peut observer des morceaux de pans de murs perpendiculaires, ainsi que des portes, donc on en a déduit que les habitations étaient accolées à cette paroi.
Certaines parties sont souterraines. On peut voir une chapelle au troisième étage, décorée de belles moulures. Au quatrième étage, dans une pièce voûtée surnommée "La pièce des musiciens" car elle comporte des sculptures de figurines jouant d'instruments de musique. Au dernier étage on peut accéder à une plate-forme d'où était autrefois assurée la défense du château. Le point de vue est très beau.
La ville a d'ailleurs ouvert un Musée du Quercorb pour montrer la tradition musicale régionale de l'époque.
 
Musée du Quercorb
D'une part, des scènes visuelles et sonores retracent la vie quotidienne en Quercorb au début du 20e siècle : les bruits gourmands d'une cuisine, un forgeron battant le fer sur l'enclume, le tour du tourneur sur bois...
D'autre part, des reconstitutions d'instruments de musique médiévaux et des morceaux choisis pour découvrir les troubadours et la musique médiévale profane.
Musée du Quercorb
11 230 Puivert
tél/fax : 04 68 20 80 98
 
 
CHÂTEAU DE MONTSÉGUR
Ce château fut en fait construit en lieu et place de l'ancien village fortifié qui constituait, jusqu'au siège de 1244, le lieu de résistance des cathares. Montségur n'en demeure pas moins un symbole de l'Occitanie.
 
Une première forteresse fut érigée au sommet de la montagne dont on ne sait peu de choses si ce n'est qu'elle était en ruines aux alentours de 1204, date à laquelle le village fortifié cathare fût bâti.
 
Montségur abritera une communauté cathare importante. En 1215, le concile de Latran cite la forteresse comme étant un repère d'hérétiques. En 1229, le rôle de Montségur comme abris pour l'Église cathare est réaffirmée dans le traité de Meaux-Paris. À partir de 1232, ce rôle ne cesse de se renforcer. Au nombre de ces derniers figure Pierre-Roger de Mirepoix, cousin de Raymond de Péreille qui sera le maître militaire de Montségur.
Le siège
Dans la première moitié du XIIIe siècle, la forteresse subira pas moins de quatre sièges dont un seul sera couronné de succès :
Guy de Montfort, frère de Simon IV de Montfort fera une première tentative en 1212,
Simon IV de Montfort dirigera la deuxième en 1213,
En juillet 1241, Raymond VII de Toulouse sur l'ordre de Louis IX débutera un siège qu'il lèvera sans même donner un assaut,
Le dernier sera l'œuvre de Hugues d'Arcis, sénéchal de Carcassonne.
Celui-ci sera déclenché par le massacre de quelques inquisiteurs fait en 1242 à Avignonet par une soixantaine d'hommes issus de la garnison de Montségur. Le sénéchal de Carcassonne et l'archevêque de Narbonne (Pierre Amiel) furent chargés d'assiéger la forteresse, sur l'ordre de Blanche de Castille et de Louis IX. En mai 1243, les croisés, au nombre d'environ 6 000 hommes, entourent Montségur.
De fait, l'équilibre des forces perdure jusqu'à Noël 1243 où une poignée "d'alpinistes" parvient, suite à une escalade audacieuse effectuée de nuit, à se rendre maître de la tour de guet. À partir de ce moment, un trébuchet est acheminé et monté qui bombardera sans relâche la position des assiégés comme en témoignent les nombreux boulets de pierre taillée retrouvés sur le site. Environ un mois plus tard, peut-être suite à une trahison locale, la barbacane tombe aux mains des assaillants.
Un dernier assaut lancé en février sera repoussé mais laissera les assiégés très affaiblis.
 
La reddition de la place forte :
Le 1er mars 1244, Pierre-Roger de Mirepoix se voit contraint de négocier la reddition de la place forte. Les termes en seront les suivants :
- la vie des soldats et des laïcs sera épargnée,
- les parfaits qui renient leur foi seront sauvés,
- une trêve de 15 jours est accordée pour les cathares qui veulent se préparer et recevoir les derniers sacrements.
Le 16 mars, la forteresse s'ouvre à nouveau. Tous les cathares qui n'avaient pas abjuré leur foi périrent sur le bûcher qui engloutit ainsi un peu plus de 200 personnes (le nombre varie légèrement suivant les sources) dont la femme, la fille et la belle-mère de Raymond de Péreille. La tradition veut que le bûcher soit monté à 200 m du castrum dans le "Prat dels Cremats" (le champs des brûlés) où une stèle fut érigée par la Société du souvenir et des études cathares.
 
Après la prise du château, la possession revint à Guy II de Lévis, Maréchal de la Foi, seigneur officiel de Mirepoix depuis le traité de 1229. Les restes du village cathare furent rasé ainsi que l'enceinte fortifiée extérieure. Le castellum fut restauré et réaménagé pour y poster une garnison d'une trentaine d'hommes qui restera présente jusqu'au Traité des Pyrénées au XVIIe siècle. Puis le château finira par être abandonné
 
Le phénomène solaire de Montségur : Chaque année, au solstice d'hiver, le premier rayon de soleil à l'horizon traverse le château dans sa longueur et, au solstice d'été, il traverse les quatre archères du donjon au nord-ouest avec une précision millimétrique. Certaines personnes y voient là un lien entre le culte solaire et la religion des cathares.
 
Le trésor de l'église cathare : Montségur est supposé avoir abrité le riche trésor de l'église cathare. De ce supposé trésor nous ne savons que peu de choses. Deux faits alimentent les suppositions autour de ce trésor. Le premier, est la fuite à cheval du Parfait Mathieu et du diacre Bonnet aux environs de Noël 1243 emportant avec eux "de l'or et de l'argent et une infime quantité de monnaie". On pense que ce trésor est parvenu en Italie à Crémone, lieu d'Italie où une autre communauté cathare importante était installée.
Un deuxième trésor aurait été sauvé durant la trêve de mars 1244 puisqu'il est fait état de quatre individus s'enfuyant de Montségur avec un chargement.
 
Le graal pyrénéen : Montségur a été considéré comme étant le château du graal. Le graal aurait été une des pièces du trésor de l'église cathare : la coupe dans laquelle Joseph d'Arimathie aurait recueilli le sang du Christ sur le mont Golgotha ou bien l'émeraude tombée de la couronne de Lucifer lors de la chute des Anges.
 
 
CHÂTEAU DE FOIX
Foix est la préfecture de l'Ariège et propose beaucoup de services. Ceci dit il s'agit de la plus petite préfecture de France, et donc pas d'une mégalopole.
 
Succédant à une construction fortifiée (castrum) des VIIe et VIIIe siècles, le château est signalé dès 987.
En 1034, le château devient chef-lieu du comté de Foix et joue un rôle déterminant dans l'histoire militaire médiévale. Durant les deux siècles suivants, le château abrite des comtes aux personnalités brillantes qui furent l'âme de la résistance occitane pendant la croisade contre les Albigeois et leur comté devint le refuge privilégié des cathares persécutés.
Le château, souvent assiégé notamment par Simon de Montfort (en 1211 et 1212), a bien résisté aux assaut guerriers et ne fut pris qu'une fois, en 1486, par trahison lors de la guerre entre les deux branches de la famille de Foix. Prouesse à l'époque, les comtes ont réussi à préserver leur site de l'annexion et commence même une extraordinaire ascension ! En 1290, Roger-Bernard III devient vicomte de Béarn, dont il épouse l'héritière Marguerite.
Dès le XIVe siècle, les comtes de Foix, dont le brillant Gaston Phébus (1343-1391) délaissent de plus en plus le château, parce qu'inconfortable, au profit du Palais des gouverneurs (l'actuel tribunal). A partir de 1479, le comte de Foix devient roi de Navarre et le dernier d'entre eux, devenu Henri IV, roi de France en 1607, annexe ses terres pyrénéennes à la France. Siège du gouverneur du Pays de Foix depuis le xve siècle, le château continue à assurer la défense du Pays, notamment pendant les guerres de religion. Il subsiste seul de tous les châteaux de la région, après l'ordre de rasement de Richelieu (1632-1638).
Jusqu'à la Révolution, la forteresse demeure siège de garnison. Sa vie est émaillée de réceptions grandioses lors de venues des gouverneurs. La tour Ronde élevée au xve siècle est la plus récente des trois. Les deux tours carrées sont antérieures au XIe siècle. Elles ont servi de prison politique et civile durant quatre siècles jusqu'en 1862.
 
Depuis 1930, le château abrite les collections du musée départemental de l'Ariège. Préhistoire, archéologie gallo-romaine et médiévale... témoignent de l'histoire de l'Ariège depuis les temps les plus anciens. Actuellement, le musée redéploie les collections autour de l'histoire du site du château s'attachant à restituer la vie à Foix au temps des comtes.
RESTAURANTS
(La sélection des guides)
 
Le Médiéval
42 rue des Chapeliers - 09000 Foix - Tél : 05 34 09 01 72
 
Le Phoebus
3 cours Irénée-Cros - 09000 Foix - Tél : 05 61 65 10 42
 
Le Sainte-Marthe
21 rue Noël-Peyrevidal - 09000 Foix - Tél : 05 61 02 87 87
 
 
Autres châteaux :
 
LASTOURS (n'est pas sur notre parcours mais le site est très beau) (photo ci-contre). Il est très au nord de Carcassonne et comprend quatre châteaux successifs sur un éperon rocheux à 300 mètres de hauteur au-dessus du village de Lastours, isolé par les profondes vallées de l'Orbeil et du Grésilhou.
 
On peut également citer d'autres châteaux Cathares, comme : Dufort, Padern, Pieusse, Roquefixade (photo ci-dessous à gauche), Saissac, Usson ou Villerouge-Termenès (photo ci-dessous à droite).
Evidemment, la plus connue de places cathares est CARCASSONNE, et nous
vous conseillons d'aller
faire un tour sur notre page si ce n'est déjà fait !
 
 
 
Voir ou acheter avec Amazon.fr
 

Le sentier cathare (pour les randonneurs)
- Le sentier cathare à cheval : http://chevalcathare.free.fr/
 
Il est possible de ne parcourir qu’un tronçon de l’itinéraire, selon les possibilités de chacun, la plupart de ces ballades pouvant être réalisées en famille (enfants à partir de 10/12ans).
Le printemps et l’automne sont peut être les meilleurs moments par rapport aux conditions climatiques, mais l’été reste la période où les randonneurs restent les plus nombreux (juin à septembre).
 
Balisé sur tout l’itinéraire allant de Port la Nouvelle jusqu’à Foix, le sentier cathare, long de 200km dans sa totalité, traverse les Corbières en direction des Pyrénées ariégeoises sur des terrains variés et accessibles, peu accidentés, nécessitant malgré tout une bonne condition physique et un équipement adapté à des étapes allant de 3h jusqu’à 7h, selon le rythme de chacun (bonnes chaussures de marche, matériel permettant un autonomie de marche de quelques heures…
 
ETAPE 1
Port la Nouvelle - Durban Corbières (29 km - 600 m de dénivelé - parcours : 6h45)
Etape de transition entre le littoral méditerranéen, les Corbières orientales couvertes de vignes aux terres arides et aux garrigues rases balayées par le vent marin.
 
ETAPE 2
Durban Corbières - Tuchan (25,5 km - 800 m de dénivelé - parcours : 6h45)
 
Ici la vigne gagne sur la garrigue, tandis que sur les plateaux arides s'accrochent les chênes verts et kermès, les genèvriers. Panorama sur les châteaux de Nouvelle, Aguilar, Domneuve ou Padern. On entre véritablement en terre cathare.
 
ETAPE 3
Tuchan - Duilhac sous Peyrepertuse (24 km - 750 m de dénivelé - parcours : 6h30)
Une des plus belles étapes des Corbières. Ultime refuge des Cathares pourchassés, Quéribus se dresse fièrement sur notre route, et fait face à la "Carcassonne céleste", la citadelle de Peyrepertuse. A leurs pieds, le célèbre village de Cucugnan.
 
ETAPE 4
Duilhac sous Peyrepertuse - Camps s/ l'Agly (20 km - 830 m de dénivelé - parcours : 5h15)
Certainement le parcours le plus pittoresque, avec le passage des gorges de Galamus, ses magnifiques falaises dans lesquelles se niche l'ermitage de St Antoine.
 
ETAPE 5
Camps s/ l'Agly - Bugarach (14,5 km - 500 m de dénivelé - parcours : 4h00)
Nous pénétrons dans le massif des Hautes Corbières, aux vastes plateaux d'altitude (800 à 900 m), quasi désertiques, dominés par le Pech de Bugarach, point culminant des Corbières (1231 m) et refuge des mitounes et des lutins.
 
ETAPE 6
Bugarach - Quillan (24,5 km - 700 m de dénivelé - parcours : 6h30)
Nous quittons les hauts plateaux pour pénétrer insensiblement dans les vallons boisés de la Haute Vallée. Sur les premiers contreforts des Pyrénées, nous découvrons la petite ville de Quillan, sur les rives de l'Aude, capitale des Pyrénées audoises.
 
ETAPE 7
Quillan - Puivert (21 km - 700 m de dénivelé - parcours : 5h45)
La limite entre climat méditerranéen et climat de montagne est définitivement franchie, nous passons en une heure de marche des vignobles aux verts pâturages et aux sapinières. Les contrastes sont saisissants, et nous arrivons en "terre privilégiée" le Quercorb et Puivert, château des Cours d'Amours.
 
ETAPE 8
Puivert - Espezel (17 km - 570 m de dénivelé - parcours : 4h15)
C'est une étape forestière, avec la traversée des forêts de Lescal et Picaussel, nous sommes en haute montagne (au dessus de 1200 m), en plein Pays de Sault, pays de la sylviculture et de l'élevage.
 
ETAPE 9
Espezel - Belvis ou Comus (20,5 km - 500 m de dénivelé - parcours :5h15)
Nous continuons à traverser le Pays de Sault, le long plateau de Languerail, avec un panorama splendide sur les Gorges de la Frau, et passons tout près du village de Montaillou, rendu célèbre par le roman historique d'Emmanuel Leroy-Ladurie, inspiré des registres d'Inquisition du 14e siècle.
 
ETAPE 10
Comus - Montségur (14,5 km - 500 m de dénivelé - parcours :3h30)
Cette étape assure la transition entre Aude et Ariège, du Pays de Sault au Pays d'Olmes. Après la traversée des Gorges de la Frau, le sentier gagne le Pog de Montségur, symbole de la résistance cathare face à Rome et au roi de France. L'histoire se termina par un terrible bûcher en mars 1244...
 
ETAPE 11
Montségur - Roquefixade (16,5 km - 550 m de dénivelé - parcours : 4h15)
Avant dernière étape, qui poursuit la traversée du verdoyant Pays d'Olmes, zone de piémont pyrénéen dominé par le St Barthélémy (2348 m). L'occasion de découvrir les magnifiques ruines du château médiéval de Roquefixade.
 
ETAPE 12
Roquefixade - Foix (18,5 km - 500 m de dénivelé - parcours : 4h50)
Nous cheminons à travers la forêt de Pradières, jusqu'à Foix, préfecture du département de l'Ariège blottie au pied de son château fort qui ne fut jamais pris pendant la Croisade, et qui fut plus tard possession de Gaston Phoebus.
 
Il existe plusieurs variante du Sentier, permettant entre autres de traverser le Fenouillèdes, la vallée du Rébenty, de passer par le château de Puilaurens.
 
 
Gites d’Etape
 
Ferme équestre de St Roch / Gîtes de France
11350 TUCHAN
Tél/Fax : 04.68.45.47.91
Ouvert toute l'année capacité : 12 pl., ch, dt
 
Gîte d'étape communal
11350 PADERN
Tél : 04.68.45.40.58.
Fax : 04.68.45.01.41.
ouvert du 01/04 au 30/09 capacité : 32 pl., dt
 
Gîte d'étape " Auberge de Peyrepertuse " 12, rue Blanche de Castille
11350 ROUFFIAC DES CORBIERES
Tél : 04.68.45.40.40.
 
Gîte d'étape " Bergerie de Bugamus "
11350 DUILHAC SOUS PEYREPERTUSE
Tél : 04.68.64.34.42.
 
Gîte d'étape - 8, Chemin du Fort
11130 DUILHAC SOUS PEYREPERTUSE
Tél : 04.68.45.01.74.
Fax : 04.68.45.40.55.
ouvert du 01.02 au 31.12 capacité : 24 pl., dt
 
Gîte d'étape de La Bastide / Accueil Paysan
11190 CAMPS-SUR-L'AGLY
Tél. : 04 68 69 87 57
Fax : 04.68.69.81.11.
ouvert toute l'année capacité : 50 pl., ch, dt
 
Variante Nord
 
La Maison de la Nature et de la Randonnée - le Village
11190 BUGARACH
Tél : 04.68.69.86.72.
Fax : 04.68.69.81.63.
ouvert toute l'année capacité : 32 pl.
 
Centre International de séjour " La Forge " Route de Perpignan
11500 QUILLAN
Tél : 04.68.20.23.79.
Fax : 04.68.20.00.44.
capacité : 70 pl., ch, dt ouvert du 1.03 au 31.10
 
Gîte d'étape " l'Assaladou " / Rando' Plume
11500 NEBIAS
Tél : 04.68.20.80.89.
Fax : 04.68.20.81.16.
capacité : 24 pl.
 
Gîte d'étape " Relais de Marionnettes " route 117
11230 PUIVERT
Tél/Fax : 04.68.20.80.69
ouvert toute l'année capacité : 21 pl., ch
 
Gîte d'étape " la Gineste "
11340 BELVIS
Tél/Fax : 04.68.20.76.31.
capacité : 27 pl.
 
Gite d'étape " la Marmite "
11340 CAMURAC
Tél : 04.68.20.73.31.
ouvert du 15.12 au 30.09 capacité : 20 pl., dt
 
Gîtes d'étapes "Gîtes et Loisirs de Montagne"
11340 COMUS
Tél : 04.68.20.33.69.
Fax : 04.68.20.39.33.
ouvert du 15.12 au 15.11 capacité : 36 pl., ch, dt
 
Gîte d'étape
09300 MONTSEGUR
Tél : 05.61.01.10.24.
Fax : 05.61.03.06.28.
capacité : 17 pl.
 
Gîte d'étape de Paquetayre
09300 MONTFERRIER
Tél : 05.61.03.06.29.
 
Centre " La Freychède "
09300 MONTFERRIER
Tél : 05.61.01.10.38. Fax : 05.61.03.00.16.
ouvert toute l'année capacité : 56 pl., ch, dt
 
Gîte communal
09300 ROQUEFIXADE
Tél/Fax : 05.61.03.01.36
ouvert toute l'année capacité : 16 pl., dt
Variante Sud
 
Gîte d'étape d'Aygues Bonnes
11140 LAPRADELLE PUILAURENS
Tél/Fax : 04.68.20.51.90
ouvert toute l'année capacité :12 pl., ch, dt
 
Gîte d'étape, le village
11140 AXAT
Tél : 04.68.20.53.34.
 
Gîte d'étape "le Moulin du Pont d'Aliès"
11140 AXAT
Tél : 04.68.20.53.27.
capacité : 19 pl.
 
Gîte de Labau / Accueil Paysan
11140 MARSA
Tél : 04.68.20.54.12.
capacité :17 pl.
 
 
Copyrights : http://voyage-webguides.com. La plupart des photos de cette page vient du site www.all-free-photos.com que nous remercions, et dont nous vous conseillons d’aller visiter les galeries de très belles photos.
 
Cliquez sur la carte pour la voir en plus grand et naviguer dessus :

Qui étaient les Cathares ?
Le catharisme serait issu d’une secte hérétique bulgare, les bogomiles - disciples du pope Bogomil - apparus dans l’Empire byzantin au milieu du Xe siècle. Ils pratiquaient l’ascétisme et l’austérité, tout en rejetant le "culte des images" ou de la Croix et niaient toute valeur aux sacrements de l'Eglise. Poussant à son extrême le dualisme qui apparaît dans certains passages de l’Évangile, ils voyaient le monde visible comme une création de Lucifer, et seulement l'au-delà comme une création de Dieu. Dieu n'aurait eu, selon eux, aucun pouvoir sur la Terre, et les mauvaises choses qui s'y passent.
De fait, les bogomiles apparaissent  donc comme les ancêtres directs des "Apôtres" ou "Pauvres du Christ" que l’on retrouve en Rhénanie au milieu du XIIe siècle puis en Languedoc, où ils reçurent le nom d’Albigeois ou encore de Cathares -terme qui est en réalité une invention moderne venant du  grec ancien Katharos : "le pur".
Plus qu'ailleurs, les "cathares" s'étaient donc développés en Languedoc. Une des explications de leur succès serait l'utilisation de la langue locale pour prêcher (et non le latin). Mais la noblesse occitane "en froid" avec le Vatican s'investira pleinement dans le catharisme, lui octroyant des largesses tout au long du XIIe siècle.

Du fait de leur doctrine, les cathares n’ont laissé aucun vestige : ni croix, ni église, ni icône, tout ce qui est visible étant, par nature, mauvais. On connaît cependant beaucoup de choses sur eux, notamment de par les procès de l'Inquisition.
Ils ouvraient dans les villages des sortes de maisons de prière, où chacun pouvait constater l'ascétisme des Parfaits et Pafaites (les femmes aussi) et écouter leurs prêches. Leur mode de vie impressionnait les populations : ils ne mangeaient aucun aliment gras, excepté l'huile et le poisson (mais ni viande, ni oeuf, ni lait... et pas grand chose pour ainsi dire), et n'avaient pas de relations sexuelles ; ce qui explique que la plupart d'entre-eux étaient assez âgés.
Mais la doctrine cathare, outre le fait qu'à long terme elle n'allait pas être très bonne pour la démographie, semait le trouble dans le Languedoc en apportant une contestation des hiérarchies politiques et de la justice sociale, à laquelle elle était opposée.
Le roi de France Phillipe II Auguste (1165-1123) désireux dans le même temps de soumettre les seigneurs occitans et les comtes de Toulouse, va donc laisser ses seigneurs faire le travail.
La Croisade des Albigeois
En 1208, l'assassinat de Pierre de Castelnau, légat du pape Inocent III,  sert d'élément déclencheur à la croisade. L'appel du pape est enfin entendu par quelques barons français du nord qui prennent la croix à titre individuel, sans engager la couronne de France.
Cette croisade, qui dura de 1208 à 1229, marcha en premier contre les terres des Trencavel, vicomtes d'Albi, de Béziers et de Carcassonne, ce qui donna le nom de croisade des "Albigeois".
Les seigneurs croisés et leur suites descendirent vers le Midi par la vallée du Rhône. Raymond VI de Toulouse, déjà frappé d'excommunication par le pape, senti la menace et se repenti publiquement, allant même jusqu'à se croiser lui-même ! Raimond-Roger Trencavel, comte de Béziers et vicomte de Carcassonne, voulut faire de même, mais les croisés refusèrent, la croisade n'aurait plus de raison d'être si tous les seigneurs languedociens se croisaient les uns après les autres.
Le 21 juillet 1209, l'armée des croisés arriva à Béziers. Trencavel en était absent, organisant la défense de Carcassonne. Les habitants de Béziers refusèrent l'offre des croisés de livrer les cathares, et se préparèrent en conséquences à un long siège. Mais les croisés pénétrent par surprise dans la ville et massacrèrent la population, comme il était alors "coutume" de faire, cathares comme catholiques ce qui donna lieu à une citation attribuée à Arnaud Amaury dont la véracité n'est néanmoins pas certaine : "Tuez les tous, Dieu reconnaîtra les siens".
Dans la foulée, le 1er août, les croisés encerclent, la cité de Carcassonne où est retranché Trencavel. Ils attaquent par le nord et se rendent maîtres des points d'eau qui ravitaillent la ville. Le siège se resserre autour des remparts. Souffrant du manque d'eau, et malgré une brève apparition du roi d'Aragon Pierre II, la cité doit capituler et Trencavel se rend.
En 1212, Pierre II d'Aragon se décide enfin à intervenir concrètement. Mais il meurt le 12 septembre 1213, dans la plaine de Muret où l'entente occitane est écrasée. Simon de Montfort (image de droite) se rend ainsi maître du Languedoc.
Raimond VI, réfugié en Catalogne où il lève une armée et son fils Raymond VII, à partir de la Provence que lui avait laissée le concile de Latrau, reprennent la lutte et infligent à Montfort sa première défaite en août 1216 à Beaucaire. L'année suivante, alors que le chef des croisés assiège Toulouse, il est atteint à la tête par un jet de pierre et meurt, le 25 juin 1218.
Amaury VI de Montfort, succéde à son père à la tête de l'armée croisée. En 1220, il encercle Castelnaudary, où est retranché le comte de Foix. Le siège se prolonge jusqu'en mars 1221 et le nouveau chef des croisés, est contraint de lever le camp puis de se retrancher à Carcassonne.
Toutefois, Louis VIII, poussé par sa femme Blanche de Castille, décide alors d'intervenir à la tête de l'armée royale, descend la vallée du Rhône en 1226 et soumet Avignon. En juin, avertis de l'approche de l'armée royale, les bourgeois de Carcassonne se révoltent contre Trencavel qui doit, à nouveau, s'enfuir en Catalogne.

La victoire est certaine pour la couronne de France, mais l'hérésie cathare est en réalité toujours présente. L'Inquisition est alors créée dans le but d'en finir, occasionnant encore plusieurs soulèvements (tel le siège de Carcassonne en 1240), et la prise de forteresses qui ne s'étaient pas encore soumises (telles les châteaux de Montségur en 1244 ou de Quéribus en 1255). L'Inquisition reste encore active dans cette partie du royaume pendant environ trois quarts de siècle jusqu'à ce que le catharisme soit complètement éteint. http://maps.google.com/maps/ms?ie=UTF8&lr=lang_en%7Clang_fr&hl=fr&z=9&ll=43.016697,2.191772&spn=1.245067,2.518616&om=1&msid=113101900911049465589.000001123cdfb20158b0e&msa=0